• les plus belle planètes

    Curiosity révèle qu'il existait une atmosphère riche en oxygène sur Mars il y a 4 milliards d’années

    La planète Mars livre peu à peu ses secrets. Grâce aux relevés réalisés par le robot Curiosity, les scientifiques estiment que Mars possédait une atmosphère riche en oxygène, et que celle-ci aurait été détruite il y a quatre milliards d’années.

    <section class="block-gc-ad" id="block-gc-ad-pave_bas">

     

    </section>

    Curiosity continue son exploration de la planète Mars. Après avoir découvert que le sol martien avait contenu de l’eau, le petit robot nous livre d’autres secrets de la planète rouge. D’après les relevés effectués et analysés par les scientifiques, il semblerait que Mars ait elle aussi possédé une atmosphère riche en oxygène, mais que celle-ci aurait été détruite il y a environ quatre milliards d’années.

    L'atmosphère martienne antérieure à l'atmosphère terrestre
    Curiosity, qui a déjà parcouru 1 km sur le sol martien, a notamment permis d’identifier les gaz présents dans l’air de la planète Mars. Deux équipes de chercheurs ont ainsi pu déterminer que de l’azote, de l’argon, de l’oxygène, du monoxyde de carbone et du dioxyde de carbone étaient présents sur Mars. « Les mesures de Curisotity sont, pour la première fois, assez précises pour être comparés aux relevés effectués sur Terre sur des météorites à l'aide d'instruments très sophistiqués » a expliqué Chris Webster, docteur au Nasa's Jet Propulsion Laboratory et auteur de l'une des études. Des études qui ont permis de conclure que cette atmosphère riche en oxygène se serait même développée sur Mars un milliard d’années avant de se développer sur Terre.

    Une collision spatiale
    Les mesures réalisées par Curiosity ont également permis d’établir que l’atmosphère martienne aurait été détruite il y a environ quatre milliards d’années. Les chercheurs s’attachent à déterminer l’origine de cette disparition, mais estiment que de violentes éruptions volcaniques, ou encore la collision avec un objet de la taille de Pluton, pourraient en être la cause. Les scientifiques, grâce à ces nouvelles mesures, vont désormais pouvoir simuler l’évolution du climat sur la planète Mars. Une étape fondamentale qui devrait permettre de déduire quel type de climat régnait sur la planète rouge, et si celle-ci toutes les conditions requises pour
    y accueillir la vie. Une étude qui pourrait, aussi, à plus long terme, permettre de préparer l’arrivée d’éventuels voyageurs humains sur le sol martien dans cette atmosphère aujourd’hui différente de la notre. 

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :