• les plus belle planètes

    Quand faire "chanter" les étoiles permet de mieux les connaître

     

    Ecouter le « chant » des étoiles permettrait d’obtenir de précieuses informations, notamment sur leur structure. Une nouvelle méthode, basée sur la mesure des variations de leur intensité lumineuse, permet aux scientifiques de mieux identifier leurs caractéristiques.

    <section class="block-gc-ad" id="block-gc-ad-pave_bas">

     

    </section>

    Les étoiles ont encore beaucoup de choses à nous révéler, et les scientifiques qui les étudient percent, peu à peu, certains de leurs secrets. Une nouvelle méthode appelée l’astérosismologie permet de définir leur structure interne, mais aussi d’en connaître la taille, la densité, ou encore l’âge. Cette technique est basée sur la mesure des variations de luminosité d’un astre, utilisée pour récréer un « son » qui sera ensuite analysé.

    Une carte d'identité précise
    De la même manière qu’un violon et une contrebasse ne produisent pas le même son, les fréquences produites par une petite étoile et celles produites par une grosse étoile sont différentes. De même, une étoile jeune produira un scintillement plus intense qu’une étoile en fin de vie. Ces mesures sont réalisées notamment grâce à la détection des taches solaires présentes à la surface des étoiles (comme celles présentes à la surface du Soleil). Combinées à la température de l’étoile en question, toutes ces données permettent d’établir une sorte de carte d’identité de l’étoile et d’en définir les caractéristiques.

    Le « chant » du Soleil écouté
    C’est le satellite Kepler qui a permis aux scientifiques de récolter ces informations d’une extraordinaire précision. L’astérosismologie nécessite plusieurs semaines d’observations mais se révèle beaucoup plus fiable que les autres méthodes utilisées jusqu’ici (photométrie ou spectrométrie). En analysant le « chant » du Soleil, les spécialistes ont ainsi pu déterminer que son intensité était en phase descendante, et qu’il se dirigeait donc, très lentement bien sûr, vers son « minimum de scintillement ». Mais cette mise au point pourrait également permettre aux spécialistes de découvrir des nouvelles exoplanètes, c’est-à-dire des planètes qui se trouvent en dehors de notre système solaire : une fois une étoile bien mesurée, et donc bien analysée, on peut alors calculer la densité des planètes qui passent devant.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :